• Voiçi Quelques versets qui bénéficient à ceux qui souffrent de la peur, la peur, le chagrin, la détresse, l'oppression thoracique, les palpitations cardiaques et les troubles obsessionnels compulsifs.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Que çe passe t-il vraiment dans la tombe? Comment on sent la première nuit?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • La loi islamique fournit un ensemble de règles prescrivant ce que les musulmans doivent manger. Ces règles spécifient ce qui est halal (halāl حلال), c'est-à-dire légal. Ces règles se trouvent dans le Coran, qui décrit aussi ce qui est haram (harām حرام), c'est-à-dire illégal. Il existe aussi d'autres règles venant s'ajouter à celles-ci qui ont été émises dans des fatwas par des mujtahids ; mais elles ne sont suivies que par leurs propres disciples et non l'ensemble des musulmans.

    La loi islamique interdit aux musulmans de consommer:

    • de l'alcool (et plus spécifiquement d'être ivre),
    • de boire ou de manger du sang et ses produits dérivés,
    • de manger la viande d'animaux carnivores (par nature ou par définition) comme le chien ou le chat (les poissons piscivores n'étant pas considérés comme carnivores) et a fortiori omnivores comme le singe ou le porc et ses produits dérivés (la composition de certains savons peut contenir de la graisse animale à base de porc, avec la mention Lardate de sodium sur le produit ; la gélatine de porc peut également entrer dans la fabrication des bonbons, des glaces, des gâteaux, des yaourts, avec la mention E441 sur l'emballage).

    ⇒ Pour que la viande d'un animal terrestre soit halal, il faut que l'animal soit abattu de manière adéquate par une personne sensée tout en mentionnant le nom de Dieu (Allah en arabe). L'animal ne doit donc pas être étourdi par un procédé mécanique, électrique ou gazeux, ni a fortiori tué par ébouillement ou électrocution, et la carcasse ne doit être saignée qu'à vif, après vérification du tranchant. (La mention « sans électronarcose » apparaît sur l'emballage.) Concrètement, l'animal allongé, la tête placée dans la direction de la Mecque, est abattu par le sacrificateur qui invoque, juste avant chaque abattage, le nom de Dieu (Allah en arabe) en proclamant « Bismallah Allahou Akbar », ce qui signifie « Au nom de Dieu le plus grand ». Par respect pour la vie animale, les membres doivent être dénoués avant toute incision. En cas d'abattage multiple, l'animal ne doit pas être torturé par la vue du sort qui l'attend. Tant que l'animal n'a pas expiré, le sacrificateur doit, en outre, surseoir à la découpe de la viande.

    ⇒Différentes règles s'appliquent aux poissons qui sont considérés comme égorgés par la sortie de l'eau. En général, les poissons à écaille sont toujours halal, bien que certaines fatwas déclarent les poissons dépourvus d'écailles (comme le poisson-chat) et les coquillages comme haram (cf. Cacherout). Par ailleurs, beaucoup de musulmans refusent de consommer du poisson d'élevage à raison des farines animales.

    ⇒Les règles d'interdiction concernant les animaux peuvent être suspendues quand un musulman risque de mourir de faim et qu'aucune nourriture halal n'est disponible.⇐

    L'abattage rituel islamique est appelé dhabiha (dhabīḥah ذبيحة). D'après certaines fatwas, l'animal ne peut être abattu que par un musulman. Cependant, d'autres fatwas considèrent que d'après le verset 5:5 du Coran, l'abattage peut être fait par des « gens du livre » ou « gens de la Bible ». La viande kasher est considérée comme halal.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire